AromAttitude - L'aromathérapie au quotidien
Publicité
Vous êtes à : Accueil >> Miroir, mon beau miroir, dis-moi, qui est la plus belle ?? >> Composer un parfum à soi

Composer un parfum à soi

Article mis en ligne le 9 décembre 2007 par Kimberlis
Vous aimez ce que vous lisez ? prévenez le monde entier : Bookmark and Share

Quelques gouttes d’huiles essentielles oubliées dans un flacon ont un jour éveillé une passion folle de créer des parfums, bien plus tard, des accords composés au fil des émotions ressenties ont donné des parfums étonnement réussis.
Au petit jeu de l’apprenti parfumeur, les fragrances et les notes parfumées, exotiques, métisses, envoûtantes, ont captivé mes jours…

Publicité

Ce que la Nature nous a légué dans l’immense capital des senteurs florales, fruitées, boisées, balsamiques… est un don prodigieux qui n’a rien à voir avec la chimie moderne et ses matières odorantes qui ont ouvert à l’infini la palette des parfumeurs.
Matières naturelles et produits de synthèse ne s’opposent pas, ils sont complémentaires nous dit-on, mais pour combien de temps.
Si la reproduction des molécules odorantes par synthèse ouvre de nouvelles perspectives et l’orgue du parfumeur s’enrichit d’effluves qui n’existent nulle part ailleurs que dans les éprouvettes, nous ne savons rien ou si peu, peut-être par absence de recul, des effets de ces molécules synthétiques sur la santé.

Les parfums d’autrefois étaient composés d’huiles essentielles et d’absolues, ils s’appuyaient sur une connaissance multi millénaire des essences et nous offraient ce que la Nature associait et créait dans le tourbillon incessant de la vie. Nos petits flacons d’huiles essentielles ont préservé ces merveilleux éléments, nous sommes de plus en plus nombreux à en prendre conscience et à mesurer les bienfaits de ces produits biologiques.
Pour beaucoup de personnes, ces essences font partie intégrante du quotidien, elles s’y attachent et éprouvent même de l’affection pour telles essences.

Ce premier article tente de relater une expérience créative dans la composition de parfum biologique, il se pose sans prétention, ni ambition aucune, simplement, sans vulgariser au point de s’éloigner des bases préalables, avec modestie car avant tout, il s’agit de créer pour soi, sans esprit mercantile à l’arrière plan. L’article ne cherchera pas à opposer les tendances actuelles en parfumerie, se parfumer avec des molécules synthétiques ou biologiques n’est qu’un choix personnel qui appartient à chacun.

Composer son propre parfum suppose de réunir dans le même temps :
- des huiles essentielles parmi celles qui vous tiennent à cœur ;
- un peu d’alcool non dénaturé ;
- des flacons vides de 30 ml à 150 ml ;
- des languettes de papier Canson (blanc de préférence) ;
- de la patience ;
- de la motivation, il en faudra dans la composition des accords ;
- quelques connaissances de base sur les notes de tête, de cœur et de fond ;
- une maîtrise des risques amenés par l’utilisation de certaines huiles essentielles (photosensibilisation par exemple).

Bien sûr, il ne s’agit pas d’égaler les « nez » professionnels, ici, composer fait appel à la passion et à la connaissance. Etre passionné n’est pas réducteur, bien au contraire, partons plutôt du principe que sommeillent en nous de réelles capacités créatives. S’armer de patience est plus que nécessaire car on ne compose pas en se précipitant sur les essences.
C’est un minutieux travail que d’immiscer les notes entre-elles, un travail long où la récompense n’est pas toujours au bout du chemin, mais lorsque le précieux mélange vous donne satisfaction, la joie est immense, ce jour là, de vos flacons jaillira un précieux liquide dont vous serez honoré(e), fier, et même plébiscité(e).

Les familles olfactives
Une classification en plusieurs senteurs forme une base pour associer les fragrances.

Les Hespéridés, écorces et zestes d’agrumes qui forment la base des célèbres eaux de Cologne (note de citron, bergamote, orange, mandarine…). Ce sont des notes fraîches et toniques – eaux de Cologne et eaux fraîches. Parfum unisexe.

Les Floraux, ont dit d’eux qu’ils sont exclusivement féminins, il y a très peu de parfums pour hommes. Ils déclinent la fleur dans toute son expression (jasmin, violette, rose, tubéreuse, narcisse, lilas, muguet…).

Les Fougères, plutôt masculin, qui n’ont rien à voir avec les fougères, au passage dénuées d’odeur, les notes sont plutôt viriles, lavandées, boisées, épicées.

Les Chyprés, senteurs automnales et sous bois, mixte.

Les Boisés, essences de santal, de cèdre, de vétiver et de patchouli, l’accord boisé est principalement masculin.

Les Ambrés, aussi appelés « orientaux », on trouve dans cette famille une majorité de parfums féminins. Les notes sont sensuelles et chaudes.

Dans un prochain article, je propose de classer les huiles essentielles en notes de tête, de cœur et de fond.


PS

Pour un exemple de composition, voici un parfum floral/boisé


Vous avez aimé cet article ? prévenez le monde entier : Bookmark and Share

Réactions à cet article.

(Par touria. Le 02/7/2008.)

très intéressant. j’ai hâte de vous retrouver pour ce fameux classement d’ H.E. bon courage ; à très vite j’espère


(Par fatma. Le 28/8/2009.)

Bonjour,
je suis trés contente de voir votre article,
je vais composer mon parfum bio.
la question que je pose,quelles sont les odeurs de bases pour composer un parfum et où je peux les trouver.
Merci
mes sincères salutations