AromAttitude - L'aromathérapie au quotidien
Publicité
Vous êtes à : Accueil >> Trucs et astuces au naturel !! >> "Au jardin d’antan"

Dans la même rubrique (derniers ajouts)

"Au jardin d’antan"

Brume d’oreiller
Article mis en ligne le 27 juin 2011 par Angie
Vous aimez ce que vous lisez ? prévenez le monde entier : Bookmark and Share

Cette composition répond à une demande que j’ai reçue : une dame d’âge mûr qui avait des problèmes d’endormissement et qui ne se retrouvait pas dans ma première brume d’oreiller "Neverland", trop enfantine à son goût ;)

Contrairement à "Neverland", destinée aux enfants, cette brume s’adresse donc à des personnes plus mûres, des femmes tout particulièrement, les notes d’agrumes ayant laissé place à des notes plus fleuries...

Publicité

Les troubles du sommeil et de l’endormissement sont quelque chose de très personnel. Avant d’établir cette brume, j’ai donc discuté longuement avec la personne qui m’en a passé commande.

J’ai cherché à savoir quel était le problème : un problème d’endormissement, de réveil, d’insomnie...

Puis nous avons ensemble déterminé les odeurs agréables, rassurantes, pour beaucoup fonction du vécu de la personne afin de la mettre dans les meilleures conditions possibles, liant aromathérapie et olfactothérapie en quelque sorte.

Ce sont donc les fleurs qui ont obtenu un franc succès, réminiscences des jardins aromatiques de nos grands-mères liés à la sérénité et au calme des promenades parfumées, qui ont été privilégiées.

La brume, composée sur fond d’hydrolat de lavande se décompose comme suit :

Outre l’extrait de pépins de pamplemousse (E.P.P.) pour la conservation et le Solubol nécessaire à la dilution des huiles essentielles dans l’hydrolat, voici en détail ce qui a motivé mon choix pour sa composition :

L’hydrolat de lavande a été choisi pour son côté apaisant et rafraîchissant. Je ne travaille jamais avec de l’alcool lorsque je confectionne une brume d’oreiller car je trouve qu’il y a quelque chose de stimulant, voire agressif, fort peu propice au sommeil.

Avec la lavandula angustifolia (lavande vraie) et la Lavandula burnatii super (lavandin super), mon but était de jouer à la fois sur l’aspect psychologique et sur l’aspect physique. Certes, ces lavandulas sont calmantes et sédatives, mais elle sont également anti-dépressives, rôle important chez une personne qui désespère de retrouver le sommeil et qui est particulièrement affectée par cette situation. Il se trouve que cette dame est également atteinte d’une pathologie auto-immune à l’origine de certaines douleurs que les propriétés antalgiques complémentaires de ces deux lavandulas peuvent aider à dépasser.

L’anthemis nobile (camomille noble) agit sur le stress et l’anxiété qui peuvent conduire la personne à ressasser sans fin et l’empêcher de trouver le sommeil mais elle travaille également sur les insomnies. C’est à mes yeux la grande calmante du système nerveux central.

L’Origanum majorana (marjolaine à coquille) a également cette double fonction nerveuse (sédative, luttant contre l’agitation et la nervosité) et physique (anti-rhumatismale). Cependant elle joue également un rôle olfactif primordial de par la note dominante qu’elle diffuse et qui contraste avec la lavande en note de fond.

Cette composition a fait son office. Sécurisante, elle a permis à la personne à qui elle était destinée de rompre avec les insomnies récurrentes. C’est pour cela que je me permets de vous la proposer ici ;)
_ Cependant, vous l’aurez compris, il y a énormément de facteurs personnels qui rentrent en compte dans son élaboration. A adapter, donc, aux besoins de chacun !

Bonne nuit !...

Angie


Vous avez aimé cet article ? prévenez le monde entier : Bookmark and Share

Réactions à cet article.

(Par marie. Le 16/8/2012.)

bonjour
je suis très interessée par votre recette.
Juste deux petites questions :
combien de temps puis je utiliser cette recette (insomnies dues a la ménopause)
est ce juste une cure de 1 semaine ou pendant plusieurs mois.
En combien de jours cela agit il
Mille mercis pour votre réponse
Marie


(Par Angie. Le 18/8/2012.)

Bonjour Marie,
Tout dépend du stockage de votre flacon. Si vous le conservez au frais, au réfrigérateur, vous augmenterez considérablement sa durée de vie. Par contre, par les températures estivales que nous connaissons actuellement, je dirais qu’il tiendra environs 3 à 4 semaines.
Il vaut donc mieux en préparer une petit quantité, et renouveler la préparation.
La personne pour laquelle je l’ai créée l’a utilisée pendant une dizaine de jours systématiquement. Ensuite, elle a espacé l’utilisation et l’utilise "au besoin", par périodes...
Dans la mesure où la concentration en HE est très faible, quelques pulvérisations sur l’oreiller ou le pyjama ne sont pas toxiques. Cela dit, le corps s’habitue et il se peut qu’après un certain temps d’utilisation, vous ressentiez vous-même la nécessité de faire une pause.
Angie